10.04 Á nos pères

Résultat de recherche d'images pour "à nos pères camping paradis"

Première diffusion : 8 octobre 2018 sur TF1

 

Yes Yes Yes, le grand retour d’Amandine incarnée par Géraldine Lapalus, même si c’est seulement pour cet épisode. L’actrice avait cruellement manqué aux spectateurs privés du personnage d’Amandine depuis la saison 8. La voici ici  dans un rôle de vacancière (certains communiqués de presse écrivent à tort qu’elle est une ancienne campeuse). Mais Amandine n’est pas venue seule, elle est là accompagnée de Guillaume, son nouveau compagnon.

Autant Amandine veut ouvrir une salle de sport, autant son cher et tendre qui est divorcé, enseigne le grec. Sa fille Lilou les accompagne, mais voit Amandine comme une intruse et ne fait que parler de sa mère. Cela me rappelle d’anciennes intrigues comme Un fantôme au Paradis, Un coach au Paradis, ce genre d’épisodes. Mais là, ça m’a plus touché parce que cela concernait un ancien personnage principal.

Et Lilou n’est pas la seule à vouloir casser le couple, on sent inconsciemment que Xavier en a lui aussi très envie, même si lui prétend qu’il a tourné la page. Le seul bémol c’est que l’histoire semble offrir une conclusion au personnage d’Amandine, et indique qu’elle ne reviendra pas. Et là, même si l’on admire la maturité de Xavier, même si Amandine réalise enfin son rêve, on se sent tout de même triste. Amandine faisait tout de même partie de l’aventure depuis la création de la série, et sans elle, peu d’épisodes ont vraiment retenu mon attention, jusqu’à présent.

Par contre, son fiancé fictif, Lionel Auguste n’est pas crédible du tout. Elyne Craipeau, par contre, se débrouille plutôt bien en adolescente rebelle. On retrouve aussi des éléments de l’épisode Retrouvailles au Camping.

 

L’autre histoire, c’est celle d’Antoine, incarné par Benoît Michel.  Lui et sa mère jouée par Virginie Ledieu viennent déposer les cendres du père, Jacques Rivière, qu’André connaissait très bien puisqu’il était saisonnier avec lui à une certaine époque. Sauf que Jacques était très absent et surtout bigame. Il avait une fille, Agnès, demi-sœur consanguine d’Antoine, incarnée par Aurélie Vaneck. L’histoire était intéressante, mais deux problèmes se posaient. Je pense qu’il aurait été plus judicieux qu’Antoine vienne seul et connaisse déjà la vérité à propos de son père, mais ignore l’identité de son demi-frère ou de sa demi-sœur. Et je trouve qu’André pour avoir été très proche de Jacques, apparaît au contraire, comme effacé dans cet épisode.

 

Si Gilles se réjouit du retour d’Amandine, ce n’est pas le cas de Parizot qui semble s’en moquer complètement. Comme le dit Tom, les deux personnages ne viennent pas la même semaine, les deux autres épisodes où c’est le cas étant Fashion Week au camping et Trois Papas et une Maman dans lequel ils n’interagissaient pas. Mais Parizot compte bien se faire connaître sur le web et n’hésite pas à se servir du pauvre Gilles, pour le coup, très attiré par le Bouddhisme. La seule scène qui m’a vraiment gêné était celle où Gilles baratine Tom pour le laisser l’accueillir cette nuit.

Finalement, je tire mon chapeau à Laurent Mondy, vraiment une très belle saison, et déjà le sixième épisode de suite à me plaire. Vivement l’épisode où Tom remonte dans le passé et celui où on croise la sœur de Parizot. Vivement aussi qu’Amandine, Adèle ou Rosy reviennent un jour et pourquoi pas Hervé et Jean-Pi ?

 

 

10.03 Mon père ce breton

Résultat de recherche d'images pour "mon père ce breton"

Première diffusion : Lundi 24 septembre 2018

Un épisode qui tourne autour de la Bretagne, dans un camping du Sud, pourquoi pas ?

Voici en tout cas la première trame de l’histoire. Yann et Servane Le Guennec sont marchands d’huîtres et résident à Cancale. Chaque année, Tom et son équipe leur permettent d’organiser une soirée bretonne en échange d’une régate (la deuxième de la série) au sein du camping. Yann est un peu le type même du breton conservateur, ne jurant que par sa région natale. D’ailleurs, il compte bien sur sa fille Soizic afin qu’elle reprenne le flambeau quand il partira à la retraite. Sauf que Soizic bien sûr a d’autres projets. Elle veut s’établir dans le sud, à Sanary, plus exactement.

 

Pourquoi ? Parce que son fiancé Damien y tient un bar à vin. Damien, le grand amour de sa vie, qui ne mange pas de viande et ne boit pas de lait. Damien, le normand, qui s’identifie comme un végétarien mais qui est en fait vegan. Bien sûr, il y a une suite à cet épisode, le fait que Yann souffre d’un diabète de type I et qui oblige Soizic à faire un choix cornélien mais cette partie de l’épisode était intéressante et riche car elle permettait de découvrir tout l’univers méconnu ou trop peu connu de la Bretagne et de mettre en avant Jérôme Anger alias Docteur Sylvestre, dans un tout nouveau rôle.

L’autre histoire, c’est celle de Jonathan, le nouveau garde-forestier. Il tombe amoureux de Cordélia, une jeune femme à qui Audrey a donné d’excellents conseils de séduction. Cette professeure de français en hypokhâgne résidant à Bordeaux lui a tapé dans l’œil et il cherche à tout prix à la séduire, mais  il utilise une méthode, celle de la bouteille à la mer, qui ne joue pas vraiment en sa faveur. Je remarque que Tom et Audrey sont très présents dans cet épisode, et qu’une idylle semble se créer ou se nouer entre Audrey et Xavier, ça fait d’ailleurs pas mal d’épisodes qu’ils se tournent autour, selon moi, sans oser se l’avouer.

Ah, le grand retour de Gilles qui voit en André un maître à penser. Gilles se fait plaquer par une fiancée qu’on ne verra pas, dommage car il aurait été plus crédible et logique selon moi de le faire rompre avec la copine qu’il avait dans le dernier épisode où on le voyait. J’aime bien aussi le fait que Xavier dise qu’il a besoin de vacances chaque fois qu’il le voit alors que Gilles le considère comme un ami…

 

Mais dans l’ensemble, cela reste un épisode surprenant et je suis très satisfait de la saison 10, déjà le troisième opus et pas un seul épisode ne m’a déplu. Si je prends en compte les deux derniers de la saison 9, c’est déjà le cinquième qui soit acceptable, un record 😀 cinq d’affilée 🙂

Vivement le prochain avec le retour d’Amandine.

10.02 Un ange gardien au camping

Laurent Ournac et Mimie Mathy, réunis pour mélanger

 

Première diffusion : Lundi 10 septembre 2018 sur TF1.

 

Franchement, cet épisode était mille fois meilleur que celui dans lequel Joséphine recevait Tom et ses complices.

Dans l’histoire, nous avons donc André, qui en temps normal ne fiche rien quand il est en bonne santé et que là nous voyons tout de même apparaître beaucoup dans l’épisode alors qu’il est convalescent. Il est tombé du deuxième barreau de l’échelle et a hérité d’une blessure aux cervicales.

Si le fait d’embaucher un responsable des sports aurait été plus logique, Tom et son équipe optent pour la deuxième fois pour la solution la plus simple, embaucher un intérimaire.

Et quelle surprise, quand ils voient que cette intérimaire n’est autre que Joséphine Delamarre, venue pour l’aider. Je remarque que Joséphine a quand même quelques troubles au niveau de sa mémoire, elle ne se souvient pas que Tom tient un camping alors qu’elle l’avait aidé précédemment, mais bon, le duo entre Mimie Mathy et Laurent Ournac fonctionne.

Alors Joséphine n’a bien évidemment pas que des vacances, elle doit s’occuper d’Olivier Cotin, un directeur d’agence qui a menti  à son ex femme Mathilde en lui volant sa promotion. On retrouve Jérémie Covillault dans le rôle d’un père dépassé par sa vie de famille, par sa compagne Anaïs qu’il n’aime pas vraiment et par Stéphane, le nouveau compagnon de Mathilde, joué par Renaud Roussel.

 

D’ailleurs, ça m’a fait sourire quand Stéphane parle en mal des concessionnaires parce que son interprète en jouait un dans un épisode de la saison 5.

 

Mais bien sûr, le couple a une fille, Violette, qui souffre du divorce de ses parents, et surtout de leurs nouvelles vies. Elle est aussi amoureuse d’un type qui s’appelle Valentin, qui est son ami d’enfance, qui flashe sur Audrey et avec lequel elle remporte une course, celle des Rosalie, merci de m’avoir dit comment ça s’appelait, je l’ignorais.

En tout cas, j’ai bien apprécié ce passage, le v de la victoire pour tous les deux. Joséphine aide également M Parizot qui dans cet épisode tombe amoureux pour la énième fois , ici,  de sa voisine Fabienne. Là, OK, Parizot est un personnage utile, contrairement   à la plupart de ses apparitions. Bref, il  fait tout pour lui plaire, allant jusqu’à renoncer à gagner la course ou à prendre des cours d’équitation.

L’épisode était tout de même très intéressant, et on voit même Joséphine danser la fiesta Boum Boum dans le tag de fin, ça je dois avouer que c’était aussi très bien trouvé.

10.01 Réunions de familles

Première diffusion : Lundi 27 août 2018 sur TF1

Cet épisode rejoint les classiques des premières saisons. Déjà le troisième épisode à débuter la saison et à fêter l’anniversaire de quelqu’un, même si ici c’est un enfant et non un membre du personnel.

Et puis Tom et André sont les seuls à assister à l’anniversaire du gamin. Et puis Audrey et Xavier ne sont pas dans cette scène.

Mais bon…

On commence avec deux frères, Benoît et Julien. Benoît a une femme, Claire et un fils, Léo. Si les interprètes ne vous sont pas inconnus facialement, c’est parce qu’ils ont déjà joué dans d’autres opus.

 

Alors, on a dans un premier temps Thomas Séraphine, un habitué de la série, il a joué dans deux épisodes précédents, à savoir Mamans en Grève et Les Douze Travaux Du Camping. Dans les deux épisodes, il incarnait un père irresponsable voire infidèle. Ici, il joue le rôle de Benoît, qui est marié et qui n’a pas donné de nouvelles à son frangin depuis longtemps.  Apparemment ils cachent un secret de famille.

 

Mais il n y a pas que ça. Il y a aussi le fait que Julien soit apparemment tout l’opposé de Benoît. Il est baroudeur, loin d’être casanier et voyage beaucoup. Il a pratiqué tout un tas de petits boulots, comme l’atteste Delphine, la femme de sa vie, incarnée par l’actrice Léa François de Plus Belle La Vie.

 

Je vous signale toutefois que l’épisode s’appelle « Réunions de familles », au pluriel, donc on a aussi une histoire B qui concerne Stéphane Blancafort (Tandem), Carole Richert (Clem) et Damien Ferdel (Fais pas-ci fais pas ça) . Ils incarnent respectivement, Laurent et Sabine, un couple non marié qui vit quelques escapades romantiques jusqu’à ce que Max, le fils de Sabine, intervienne. Ils ont sympathisé dans la navette, les deux hommes, sans savoir qu’une femme les liait. Max essaie de se séparer de lui, bon, c’est  classique comme histoire. Mais autant Laurent est un personnage touchant, autant Max est détestable comme pas possible.

 

Le coup de Tom, qui croit qu’André veut partir à la retraite, alors qu’André lui-même pense que Tom veut le virer… Bon, c’est pas la partie la plus intéressante de l’histoire, avouons-le. Le coup de la machine à laver n’est pas très intéressant, mais j’ai bien aimé les claquettes de Parizot, un personnage qui est toujours aussi pénible mais qui a eu droit à une scène intéressante dans cet excellent épisode.

 

Quoi dire d’autre ? OK Tom considère André comme son deuxième père et à huit ans il se le représentait déjà en cheveux blancs. OK, c’est émouvant l’histoire entre les deux, sachant qu’André ne fait déjà pas grand-chose. Pour le reste, c’était sympa de voir Audrey continuer ses massages, quelque chose qui lui tenait à cœur depuis la saison précédente. Sympa aussi de la voir sauter sur Xavier (très effacé dans cet épisode) alors qu’il est habillé en sumo, un thème qui heureusement ne sera pas exploré dans l’intrigue.

9.06 La copine de mon pote

Résultat de recherche d'images pour "la copine de mon pote camping paradis"

C’était un très bon épisode, diffusé pour la première fois sur TF1 le lundi 23 avril 2018.

Déjà, l’équipe ne comptait que quatre membres, puisque Juliette passait son brevet de plongée (un brevet sans doute dû à la grossesse ou au congé maternité de l’actrice.)

 

Bref, Xavier, le barman, se réjouit parce que le camping accueille Alexandra Varennes, la  reine du cup-cake.

Si cela lui fait tellement plaisir de la recevoir, c’est parce qu’il y a quelques années ils ont eu tous les deux une magnifique aventure. Il espère alors conclure avec elle.

 

Mais voilà. Alexandra devait venir en train et a préféré débarquer en voiture. Un choix qui n’est pas sans conséquences puisqu’un cycliste qui se prend pour le roi des cascades manque de la renverser mais qu’elle trouve un sauveteur providentiel en la personne de … Tom.

Et vu la tête qu’il fait, on comprend qu’il ne demeure pas insensible à son charme.

Alexandra doit donc se trouver au cœur d’un choix compliqué mais Tom aussi. Elle, elle apprécie la bonne humeur de Xavier mais elle succombe au physique de Tom. Lui, il éprouve des sentiments pour elle mais en même temps, il a passé un pacte avec Xavier, une sorte de promesse où ils s’engageaient à ne pas sortir avec la copine de l’autre. Dur comme épreuve. Xavier est le seul personnage avec Tom à apparaître dans tous les épisodes et à être incarné par un seul acteur et on comprend que c’est difficile pour le patron du camping de choisir.

 

L’autre histoire, c’est celle de Zacharie alias Arthur Jugnot. J’aurais préféré qu’il soit le père et non l’oncle maternel des enfants, mais bon. Informaticien vivant dans la Silicon Valley, très doué pour les jeux de société, mais communiquant difficilement avec sa nièce, Gwen, qui préfère la musique à la médecine, et son neveu Nathan, dont les obsessions technologiques n’entrent pas en considération avec les goûts du jeune homme.

En fait, Gwen et Nathan n’ont pas connu leur géniteur et comme leur mère est décédée, Zacharie reste la seule famille qui puisse les prendre en charge. Devant montrer à une assistante de la Ddass, qu’ils peuvent former une famille solide.

 

Je m’attendais à une autre fin que celle proposée, mais dans l’ensemble, cela reste un très bon épisode. Par contre, je remets ce que j’ai déjà dit à l’épisode précédent, ras-le-bol de Christian Parizot, ce personnage casse-pieds qui se recycle mais n’offre rien de très intéressant. L’originalité c’est que Tom et lui n’interagissent jamais.

 

9.05 Mon beau-frère et moi

Résultat de recherche d'images pour "mon beau frère et moi"

Première diffusion : Lundi 29 janvier 2018 sur TF1

Barbara Probst, elle revient enfin !

Sympa pour l’actrice de revenir se glisser dans la peau d’Elsa, la sœur de Tom, le temps de cet épisode.

Elsa revient de Londres et Tom dit ne pas l’avoir vue depuis Noël (donc depuis la Grande Invasion, je dois en conclure que l’histoire s’est déroulée sur toute une année et que Tom recommence chaque nouvel épisode avec le jour des arrivées ?)

 

Quoiqu’il en soit, Tom est fier et heureux de ré-accueillir Elsa, que lui et les spectateurs n’ont pas vu maintenant depuis six saisons.

Elsa a un homme dans sa vie, Greg, incarné par Arnaud Gidoin (qui a aussi joué dans Un fantôme au paradis, épisode 5 d’une autre saison, la 2). Greg n’est pas seulement le petit ami d’Elsa, il est aussi son patron , là où elle travaille dans un restaurant pour payer ses études.

Tom pense qu’Elsa est enceinte de Greg, heureusement ce n’est pas le cas. Par contre, elle compte arrêter son master de droit pour ouvrir un restaurant avec cet homme divorcé (ou séparé) et père de deux filles. Il aimerait qu’elle devienne la nouvelle gérante.

Si Tom n’a en effet pas son mot à dire quant aux choix d’Elsa, je dois reconnaître que je me mets un peu à sa place. Il a pour ainsi dire joué le rôle de père de substitution (j’aimerais quand même qu’on m’explique pourquoi le fait d’arrêter les recherches signifie que les parents ont disparu…) et peu à peu oublié son statut de grand frère.

Mais Tom se retrouve pour ainsi dire un peu éclipsé par Greg, ce beau-frère si parfait (qui a même appris à conduire une voiture anglaise en France) et qui semble plaire à tous.

J’adore le passage où il lui dit « Greg, tu me fatigues », c’était drôle. En même temps, le bonheur d’Elsa passe avant tout même si Tom doit comprendre que le droit n’est pas forcément considéré comme un choix de vie de sa cadette.

L’histoire B, j’ai eu beaucoup de mal, parce que cet épisode est un peu une sorte de recyclage.

L’amie d’enfance de Juliette (déjà vu) qui est prof de danse (déjà vu) et qui doit arrêter parce qu’elle a un problème de santé (déjà vu) les comédiens qui incarnent Maud et Antoine (pas déjà vus, mais pas convaincants), Ariane Brodier (pas crédible, la production et nous avons perdu au change avec les départs consécutifs de Géraldine Lapalus et Constance Labbé, pourtant bien meilleures comédiennes). Le fait que les adolescentes rejettent Roxane (pas crédible parce que cela veut dire que dès qu’elle sait danser, elle se fait accepter). Mais aussi le fait que ces mêmes adolescentes ne communiquent pas entre elles (hors le spectacle) et qu’on ne voie jamais leurs parents, leurs proches, le fait que Maud ne pense pas un seul instant diriger un spectacle sans avoir à danser (la preuve avec Roxane qui doit lui souffler l’idée)….

 

L’originalité est que Laurent Ournac himself dirige l’épisode en plus de jouer dedans. Pour le reste, Audrey passe la moitié de l’histoire à tenir la comptabilité (et sa coupe de cheveux ne lui va pas), André et Xavier qui adorent jouer les larbins, multiplient les mauvaises aides en cassant l’ordinateur et en oubliant d’apporter les factures (déjà dans le précédent épisode, Tom les punissait en les ordonnant majordomes de la famille Lefranc, là, il leur demande d’ouvrir l’accueil à la place d’Audrey, il faut croire qu’ils aiment ça…)

 

Et Parizot ?  Là aussi, son histoire est faite d’une compil de vieux gags (il se plaint de partir en vacances tout seul mais il ne fait rien pour réellement s’intégrer, sa voiture retombe en panne, il se ré-essaie à la magie…) Je me demande si sans lui, l’épisode n’aurait pas été mieux, je pense que oui.

Quoiqu’il en soit, l’histoire de Greg et Elsa tenait vraiment bien la route. Bonus, Elsa a vraiment de très jolis pieds et la scène où Greg lui recouvre le corps avec une couverture pendant qu’elle dort, c’était très apprécié.

8.06 Nos années Camping

Un épisode diffusé sur TF1 le 24 avril 2017.

 

Pour le 50ème épisode, Tom Delormes, le patron du camping, retrouve ses amis d’enfance. Déjà, j’ai trouvé que cette idée était très bonne. Certes, Tom connait tous ses vacanciers ou presque. Il tisse avec eux des liens plus ou moins amicaux. Cependant, même si l’idée de le confronter si je puis dire à ses amis avait déjà été exploitée dans la saison 6, on ne parle pas ici de personnes qu’il côtoie depuis cinq ans mais d’amis d’enfance qu’il connait apparemment depuis qu’il a huit ans. On remarquera que si l’âge de Tom équivaut vraiment à celui de son interprète, cela voudrait dire que lorsque la série commence, il a 26 ans et que donc en 1998 il en avait seulement 18 en 1998 et qu’il ne revoit plus sa bande depuis sa majorité.

L’anachronisme est marrant, Tom évoque la Coupe du Monde, oui, mais l’épisode datant de 2016, il dit qu’elle remonte à 18 ans (19 désormais).

Quoiqu’il en soit, il retrouve ses deux meilleurs amis un peu comme Xavier l’avait fait avec les siens dans l’épisode  Indiana Camping mais cette fois on prend le personnage pivot de la série, et non un des alliés.

Les deux meilleurs amis de Tom sont donc Bruno et Arthur. Bruno est incarné par François Pérache que je connaissais pour l’avoir vu incarner Chiffonet, le misanthrope rencontrant Machavoine l’Auvergnat.

François Pérache nous offre ici un rôle de composition bien différent. Contrairement au cynisme de son précédent personnage, ici il est tendre, timoré, effacé tant il se cache de sa compagne qui ne veut d’ailleurs plus le voir (il l’a trompée) et pendant tout l’épisode il cherche un moyen de se faire pardonner. C’est d’ailleurs le seul personnage pour lequel l’histoire ne se finit pas forcément bien, étant donné qu’il demande sa compagne en mariage mais que nous ignorons tout de son aval.

L’autre ami de Tom, c’est Arthur. Il vit en couple avec Damien qui contrairement à lui souhaite adopter des enfants. L’épisode offrait à nouveau une relation entre deux hommes (le précédent dépeignait un couple de lesbiennes) et cela n’était pas arrivé depuis la saison 7, bien que cette fois, l’histoire ne tourne pas autour de leur couple mais plutôt de leur avenir ensemble. J’exclus Hervé et Jean-Pi parce que depuis la saison 4, on ne les voit plus.

Comme tout bon épisode qui se respecte, l’histoire a droit à une seconde intrigue, celle d’Antoine, un amnésique victime d’un AVC quelques temps auparavant. Son couple avec Mathilde s’en ressent et même si j’ignore pourquoi, j’aurais pris des acteurs plus jeunes, pas des quadragénaires pour les personnages.

Aussi, je n’ai pas mentionné la quatrième membre du groupe de Tom pour cet épisode qui se déroule sur un week-end entier. Il s’agit d’Élodie, dont la fille Léa a pris l’initiative de réunir les trois compères afin de savoir qui est son père. Cependant, là encore, il y a redite avec Indiana Camping, même si le thème reste plaisant à voir.

J’aurais préféré qu’ils soient six et non quatre, mais bon…

En tout cas, il donne à réfléchir cet épisode, du moins la partie avec Tom, les retrouvailles, les amis d’enfance, au moins là il savait qu’ils viendraient, dans Indiana Camping, Xavier reste surpris par la venue des deux autres.

Mais bon, les vraies amitiés restent avec le temps, c’est un message très fort et je sais de quoi je parle, même si je ne peux pas vous le montrer.

Un très bon point pour cette saison qui s’essouffle en dent de scie surtout depuis le départ d’Amandine dont la dernière apparition remonte à La famille Sans Parents.  Je regrette simplement que Xavier et Adèle n’aient pas une vraie idylle.  Constance Labbé est une merveilleuse actrice et je regrette qu’elle parte deux épisodes plus tard. Elle a réussi à incarner une responsable des sports dynamique et sympathique. Je trouve aussi que sa personnalité cadrait bien avec l’équipe et qu’elle a su s’intégrer.